Le respect du lecteur

Un jour que je discutais avec mon ex beau père, (un commercial) je lui demandais quel était son livre préféré. Il m’a répondu avec enthousiasme « Guerre et paix ». Ne l’ayant pas lu, je lui demandais pourquoi ce livre en particulier. Il me dit alors :
– C’est parce que c’est le plus gros livre ! c’était un défi de le lire et j’ai été au bout !

Il me dit ensuite fièrement que c’était le seul livre qu’il avait lu et que ça lui suffisait… Et là, gros moment de solitude entre le whisky et l’entrée…. En me levant du canapé, je regardais la table dressée et me demandais où j’allais m’asseoir. J’étais fébrile, je me sentais complètement inutile. Je ne pouvais pas briller, me vanter… J’avais été déscolarisé à 12 ans, ma culture, je l’ai faite dans les livres. C’était stylé tu vois, d’être le mec qui revient de loin, que le gus qui se tapait sa fille avait un truc en plus. Il s’en foutait, et j’ai eu alors un immense respect pour lui.

Les gens du web sont vivants et leur existence est réelle

Maokiel, Charles, Corrigeur, Seldell, Theodrem, Yann, David, Nev, Yann. Ces noms ne vous disent rien et c’est normal. Ce sont les premières personnes à me suivre. Non pas parce qu’ils aiment ce que j’écris, non… C’est 10 fois mieux, ils me suivent parce qu’un lien s’est tissé, qui va au-delà du goût littéraire, ils et elle me soutiennent. Le soutien est très important lorsque l’on écrit ou que l’on tente de créer quelque chose. Aujourd’hui, si l’on souhaite diffuser une œuvre, on ne peut le faire soi-même. Il existe des milliards de sites web, il y a plus de sites qu’il n’y a d’humains… Alors, comment faire sa place ? Comment s’extirper de la masse boueuse du monde virtuel ? Lire la suite

A l’école de l’écriture, on doit suivre la méthode

Un jour, j’ai déménagé pour habiter dans un 12 mètres carré à la campagne. C’était le bon moment pour écrire. La femme que j’avais rencontrée quelques temps auparavant m’avait dit de démissionner, de la rejoindre et d’écrire. Elle aimait ce que j’écrivais. Mais voila, j’avais tout fait pour la séduire, son jugement était sans doute tronqué. La journée, elle bossait, et moi, je devais noircir la fausse feuille Word. Pendant des années, j’avais un peu écrit sur tout : sur des vieux cahiers de texte, des papiers volants (que je virais pour ne pas que mes parents tombent dessus). Un jour, ma mère lut un de mes textes et s’inquiéta de ma santé mentale… Je devins pudique. Lire la suite

Les avantages d’une machine à écrire VS. ordi

J’ai acheté une machine à écrire. Je l’ai payé une blinde. Une Underwood 4 bank avec sa mallette. Si tu veux, c’est comme un ordinateur portable mais version mécanique. C’est joli. La machine était vendue comme objet de décoration.
La machine est d’occasion évidemment, il y avait même de la rouille dessus. J’avais prévu de la nettoyer. C’est ma femme qui me l’a offert pour mes 40 piges. Elle m’a dit :
– Tu seras plus concentré et moins distrait par tout ce que te propose le pc.
Le pc, c’est aussi Skype, les vidéos Youtube, Twitter, Facebook… C’est le truc chronophage par excellence. Lire la suite

[Texte 2012] Balade en bord de mer

Il y a toujours des odeurs qui nous rappellent un état d’être, comme un autre Moi lointain, régurgité d’une automutilation – les arômes urbanisés, bétons mouillés et feuilles pourrissantes, rouge à lèvres sur un mégot, énorme mollard subsaharien et premières sueurs ouvrières.
Il est quatre heures ou midi. C’est l’hiver qui plisse le sang ou l’été qui pue la merde chaude.
C’est comme ça que je me réveille, tout imprégné de stress cannibale et d’envie de pisser.
Me sachant hors d’atteinte momentanément, je recouvre mes esprits et me concentre sur le bon déroulement de ma journée. Lire la suite

Ecrire un roman en 2018, c’est badant

Salut,

Pour planter le décor, je t’avoue direct que j’ai écrit des milliers de textes : Des nouvelles, des poésies et puis par la force des choses bien reloues : du rédactionnel pour des sites Internet. Après avoir commis des articles sur les derniers body personnalisés d’une boutique pour beaufs, d’avoir sué sur les aspects techniques de telles ou telles lois, burnout les gens… Des milliers de textes sans âme… Franchement, j’avais l’impression de me gâcher. Tu vas me dire que ça fait un peu crâneur, bah, j’y peux rien, je le vivais mal, je faisais liquide. Alors, j’ai tout envoyé valdinguer, j’avais la prétention de croire que mon arthrose méritait mieux. Rassurez-vous, j’ai eu quelques moments de gloire sur Internet, j’ai eu des compliments et on m’a même suivi pour mes textes ! Oui, oui ! t’as le droit d’être étonné. Lire la suite