Les avantages d’une machine à écrire VS. ordi

J’ai acheté une machine à écrire. Je l’ai payé une blinde. Une Underwood 4 bank avec sa mallette. Si tu veux, c’est comme un ordinateur portable mais version mécanique. C’est joli. La machine était vendue comme objet de décoration.
La machine est d’occasion évidemment, il y avait même de la rouille dessus. J’avais prévu de la nettoyer. C’est ma femme qui me l’a offert pour mes 40 piges. Elle m’a dit :
– Tu seras plus concentré et moins distrait par tout ce que te propose le pc.
Le pc, c’est aussi Skype, les vidéos Youtube, Twitter, Facebook… C’est le truc chronophage par excellence.

Tu écris, tu te dis, tiens ! Si je mettais un peu de musique. Tu cherches, tu tâtonnes, tu hésites avec telle ou telle playlist, et tu finis par errer sur une vidéo sans importance avec un mec dans sa chambre. Sa déco est la même que dans d’autres vidéos, le physique change un peu. Les vidéastes se fournissent dans le même magasin – Lounge, avec une touche de fun – 2/3 livres que leurs mères leur ont filé et un clic clac Ikea.
Pourquoi je regarde ça ?
Tu te poses sans doute la même question parfois.
La machine à écrire elle, elle n’est pas là pour te distraire, elle est là pour manger, bouffer, avaler sans mâcher. C’est une bête raffinée qui a tout le temps la dalle.
Son ruban, lui aussi est vivant, il bouge, saute parfois, te tache les doigts puis s’évapore dans l’odeur de ferraille du mécanisme des touches. Il faut bien les frapper les touches, sinon tu foires ta frappe. Il faut être violent, décidé, volontaire, l’hésitation n’a pas sa place, la rature non plus. Le bruit couvre la musique, la pièce résonne comme celle d’un autre temps, elle avait sans doute son canapé, des murs moins isolés, la voix des crieurs par delà les carreaux simple vitrage de la fenêtre et des chevaux dans la ville qui déféquaient partout. Il y a des gosses qui jouent au ballon, d’autres martyrisent des rats. Il y a les affuteurs de couteaux, les charbonniers, les marchands de couleur. Nous sommes en 1925, ma grand-mère aura 15 ans en Novembre. D’ici un an elle sera en cloque, là elle débarque à Paname, a trouvé un taf dans un bar. Elle vivra 87 ans, connaitra la guerre, la résistance, s’échappera d’un train la menant aux camps, sera citée pour être décorée, refusera. L’avantage avec les vieux cow-boys, c’est qu’ils ne s’embarrassent pas de futilités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :