La magie existe

Il est 1h30 du matin.
Je viens de boire un verre de coca débullé.
Je me pose devant mon ordi.
La machine à écrire a fait un peu de bruit aujourd’hui.
J’ai envie de vous parler d’une chose très importante.
La magie existe.

Vous vous dites surement, vu la façon dont j’écris ce texte, que c’est possiblement de la prose minimaliste.
Oui.
et
non.
La magie existe vraiment, simplement.
Parfois, on l’oublie.
On se dit que si c’était vraiment le cas, on n’aurait pas cette vie, et le voisin non plus, et tous ces gens malheureux, et tout ce qui fait mal.
Une phrase facile pour désigner ce qui nous est commun.
Parfois, il ne faut pas se compliquer la vie.
Il est 1h40.
Le monde me rappelle.
L’inutilité de ce texte, et mon bide qui tolère assez mal le verre de coca,
et toutes mes culpabilités.
Mais ce n’est pas tant que je ne crois pas à ce que je vous dis.
C’est…
Comment vous dire…
Quels mots magiques Moïse a t-il-dit pour écarter la mer…?
Le fait d’aspirer ma clope électronique n’y change pas grand chose.
Je n’ai pas les mots.
Récemment,
j’ai vu sur Youtube, un reportage parlant des fous dangereux.
Un type disait qu’il faisait des crises paranoïaques.
Il parlait à son chien, il lui parlait du temps qu’il faisait.
Et puis, il a croisé une voisine en le sortant.
Sa voisine, lui a dit exactement les même mots, ceux qu’il disaient quelques minutes auparavant.
Il est devenu fou à lier.
La magie est suspecte et l’homme l’interprète mal.
L’autre fois, j’étais pas bien dans mes pompes.
J’avais aidé des inconnus sur Internet, pour des projets à eux.
Et puis, ça m’a vidé.
Je ne vis pas dans un monde de chevaliers. Il n’y a pas de Graal.
C’est ce que je me suis dis.
Et puis, deux phrases m’échappèrent:
– Est-ce que cela a un sens d’aider les gens ? Est-ce que je suis fais pour ça ?
Mon chien n’entendant pas son nom, ne leva pas les oreilles.
Mon fils regardait une vidéo dans sa chambre.
Et soudainement, j’ai pensé à ma voiture.
Au réel.
Il fallait que je la bouge de place.
Des travaux allaient avoir lieu.
Le béton serait creusé,
ou une plaque d’égout vérifiée.
Un truc technique.
Je sortais.
La bagnole était à 30 mètres.
En avançant rapidement, je voyais un vieux.
Un vieux qui essayait de grimper sur un scooter pour handicapé.
Il était seul devant une maison.
Il y avait des fleurs au balcon.
Il galérait.
Sa main appuyait sur l’accélérateur, le scooter avançait, puis freinait.
Le vieux titubait comme un alcoolique sur un fil.
Je rentrais dans ma bagnole, une place était libre juste devant ma porte.
Dans la voiture, je démarrais et continuais à observer le vieux.
Il tomba de tout son long.
J’avais à peine quitté ma place…
Je mettais le frein à main puis courrais vers lui.
Il avait le visage face au sol.
Face au béton, les poings serrés.
Je lui disais quelques mots.
Je ne voulais pas l’humilier en l’aidant.
Il voulait monter sur son scooter seul, et il avait échoué.
Il me dit « oui » quand je lui demandais si il allait tenir sur ses jambes.
Je le soulevais et le replaçais devant son scooter.
Sa femme arriva, elle n’avait rien vu.
Juste un sourire mi gêné, mi complice.
Elle a dû se demander quelle bêtise son mari avait faite.
J’étais si près de lui…
Je garais ma voiture.
Au loin j’entendais la femme du vieux lui dire de faire attention sur la route.
Mon chien me fit la fête.
Je prévenais mon fils que j’étais de retour.
3 minutes étaient passées.
Je n’ai pas recroisé le vieux, mais maintenant, on se connait.
Il est 2h22.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :